La location saisonnière se fait en plusieurs étapes. Parmi celles-ci, il est important de porter une attention particulière au paiement de votre location de vacances, afin de vous protéger en cas de litige ou d’arnaques. Découvrez les différents modes de paiement, la différence entre acompte et arrhes ainsi que nos astuces pour louer à des étrangers.

Comment confirmer la réservation d’un voyageur ?

Le processus de réservation prend du temps. Les vacanciers posent de plus en plus de questions sur l’hébergement, l’équipement et les modalités de paiement. Avant de signer le contrat, vous devez envoyer un descriptif complet de votre location de vacances avec toutes ces informations. Pour garantir la réservation, nous vous conseillons de demander des arrhes ou un acompte qui ne doit pas dépasser 25 % du montant total du loyer et le paiement final à 30 jours de la date d’arrivée.

Vous devez établir un contrat qui indique le prix de la location, la durée, la superficie du logement et le montant du dépôt de garantie (encaissable ou non). Il peut être adressé par courrier ou par mail avant d’être signé par les deux parties, sauf en cas de réservation en ligne. A l’arrivée et au départ de vos locataires, vous devez procéder à l’état des lieux qui servira en cas de dégradation de votre logement. Si tout s’est bien passé, vous devrez rendre le dépôt de garantie.

Arrhes VS acompte : ce qu’il faut savoir en cas d’annulation

Il est important de bien faire la différence entre acompte et arrhes qui permettent, dans les deux cas, de confirmer la réservation. Mais en cas d’annulation de la location saisonnière, la flexibilité n’est pas la même.

Dans le cas des arrhes, les deux parties peuvent annuler la réservation. Toutefois, le vacancier se doit d’abandonner les arrhes versées, alors que le propriétaire est tenu de procéder au remboursement. Selon l’article 1590 du Code Civil, le locataire peut exiger le double de la somme versée.

Dans le cas d’un acompte de location saisonnière, le contrat est définitif. Si c’est le vacancier qui annule sa réservation, il est tenu de payer la totalité de la facture de la location saisonnière. A l’inverse, si c’est le propriétaire qui annule, il devra rembourser le vacancier. Dans les deux cas, chaque partie peut demander des dommages et intérêts.

De manière générale, les propriétaires de location saisonnière demandent des arrhes. Si vous êtes propriétaires d’une maison ou d’un appartement de luxe, il est plus prudent d’opter pour un acompte qui minimisera la perte financière en cas d’annulation de location saisonnière tardive.

Quelles méthodes de paiements peut-on accepter pour une location de vacances ?

Nous vous conseillons de multiplier les modes de paiement pour augmenter vos chances de louer votre location saisonnière. Attention : certains moyens de paiements sont plus sûrs que d’autres !

  • PayPal : ce moyen de paiement virtuel et de virement bancaire connaît un fort succès. Non seulement vous êtes certain de recevoir votre paiement de location de vacances, mais en plus de cela, vous pouvez bénéficier d’un service juridique en cas de litige. Pour utiliser PayPal, il vous suffit de créer un compte gratuitement. Le site prend une commission, mais il est particulièrement intéressant si vous louez à des étrangers. Méfiez-vous toutefois des paiements à la dernière minute qui peuvent être annulés.
  • Virement bancaire : gratuit et sûr, le virement bancaire permet aux vacanciers français ou étrangers de virer le montant du loyer ou l’acompte de votre location saisonnière facilement. Il vous suffit de leur fournir votre relevé d’identité bancaire (RIB).
  • Terminal de paiement virtuel : plusieurs sites proposent cette solution moyennant une commission. Ils vous permettent d’utiliser le numéro de carte bancaire de votre futur locataire pour le paiement de la location de vacances. Si vous utilisez ce moyen de paiement, vous devez l’inclure au contrat et fournir un justificatif de paiement.
  • Chèques Vacances : il s’agit d’un coupon nominatif privilégié par les Français pour le paiement de leur location de vacances. En acceptant de mode de paiement, vous augmentez vos chances de louer et vous êtes sûrs d’être payé. Pour cela, vous devez être en possession d’un numéro de SIRET et obtenir une convention auprès de l’ANCV valable 5 ans.
  • Chèque : ce n’est malheureusement pas le moyen de paiement le plus sûr. Vous vous exposez au risque de voir le chèque refusé par votre banque par manque de provision. Pour éviter tout risque d’arnaque, nous vous suggérons d’exiger le paiement avant la date d’arrivée pour avoir le temps d’encaisser le chèque et vous assurer qu’il est accepté.
  • Espèces : c’est tout à fait possible, mais il est préférable d’avoir la possibilité de vérifier l’authenticité des billets. Auquel cas vous n’aurez aucun recours, à moins d’être en possession de l’identité et de l’adresse de votre locataire.
  • Plateformes de réservation telles que Booking, Airbnb et maeva.com : vous évitez tout risque de fraude et gagnez un temps précieux sur la gestion du paiement de votre location de vacances. Par exemple, avec la solution de gestion locative maeva.com, vous ne payez pas de frais de service et vous connaissez le montant que vous allez percevoir en amont grâce à une grille tarifaire fournie chaque année.

Louer à des étrangers

Les vacanciers étrangers représentent une part importante du tourisme en France. Il est donc intéressant de louer à des étrangers et de ce fait, traduire votre annonce en anglais (ou d’autres langues). Idéalement, vous devriez pouvoir communiquer en anglais avec les vacanciers étrangers. Mais bien sûr, si vous parlez une autre langue, n’hésitez pas à l’utiliser lorsque cela s’y prête. Cela rassurera certainement vos potentiels locataires étrangers.

Toutefois, si vous n’avez que quelques rudiments d’anglais, vous pouvez utiliser des sites de traductions gratuits tels que Google Traduction. Les traductions sont rarement parfaites, mais restent compréhensibles. Cela pourra vous aider à comprendre les demandes d’informations dans une langue étrangère ou de traduire vos propres réponses. Si vous parlez couramment anglais (ou la langue de votre futur locataire), n’hésitez pas à proposer une conversation téléphonique pour arranger les détails de la réservation. Vous pouvez également proposer une conversation Skype par messagerie instantanée ou par vidéo.

Enfin, si vous ne vous sentez pas du tout à l’aise avec la langue de Shakespeare, ni aucune autre langue, sachez qu’il est possible de faire appel à un professionnel de la gestion locative. Par exemple, grâce à son offre de gestion locative tout compris, maeva.com s’occupe de la relation avec vos locataires, et ce, dans toutes les langues, afin de vous permettre de louer à des étrangers facilement. Un outil précieux qui pourrait vous éviter de passer à côté d’une réservation !